" />

Le KHÎ

  • Gigi
  • mavie

Jour 40 de ma saison 3 du défi des 100 jours

Je vais beaucoup paraphraser Lilou Macé dans cette article. Mais pour celles et ceux qui suivent le défi avec le cahier d'exercice "vivre la magie au quotidien", cela ne devrait pas être trop dur à suivre. Donc je vais parler du Khî.

 

Le Khî, c'est l'art d'associer le mouvement à la conscience.

 

Je dis l'art car si c'était facile ou inné, il n'y aurait pas besoin d'en parler.

Dans son livre, Lilou compare l'énergie vitale à de l'eau. L'eau qui circule est considérée comme potable. Tandis que celle qui stagne devient un nid à microbes et à parasites.

 

Et là, j'ai fait un bond sur ma chaise. Un nid ? Mais un nid, c'est la vie !

Je suis de toute façon un nid à microbes et à parasites. Sinon je ne pourrais pas vivre.

 

J'ai eu un bassin dans mon ancienne maison. J'y ai mis deux petits poissons et quelques plantes aquatiques. Et les parasites sont venus coloniser le site. Les poissons s'en sont nourris et ont grossi. Les oiseaux sont venus se laver et s'abreuver dans mon eau "non potable" pour l'homme. Même les insectes ont adoré ce tout petit coin de paradis.

Un nid peut donc être une bénédiction.

 

Mon mari et moi en avons parlé. Nous avons pris l'exemple d'une voiture. Si elle ne roule pas, elle pourrit. C'est bien connu. Tout le monde préféra rouler dans une voiture en bonne état que dans un "nid à rouille".

Dans ce cas, un nid n'est pas l'idéal.

 

Et quand bien même l'eau stagnante est impropre à la consommation chez l'homme, le Khî y est présent et circule avec la même conscience que dans l'eau qui coule. Nous n'avons pas toutes et tous le même Khî. Certaines personnes recevront un immense bien être à faire beaucoup d'activités, tandis que d'autres seront épanouis en n'en faisant pas.

 

Bien entendu, nous sommes toutes et tous d'accord, Lilou veut qu'on se bouge pour se sentir en forme. Car à l'image de la voiture, moins on utilise son corps, plus il "rouille".

 

Des étirements chaque matin, OUI OUI OUI ! D'ailleurs j'en fait tous les matins (sous ma couette, mais un étirement, reste un étirement). Une petite marche n'a jamais tué personne. On peut très bien aller chercher son pain à pied (aller faire les boutiques, ça c'est trop génial).

Là où je ne suis absolument pas d'accord avec Lilou, c'est quand elle nous parle des maîtres en art martiaux. Il faut le savoir. Le grand maître arrive à caser des briques parce qu'il a tellement cogné dessus durant tous ces longs entrainements qu'il n'a plus de nerf potable dans ses mains. Donc plus de Khî dans les mimines pour sentir la douleur.

 

Mais vous l'aurez compris, j'aime chercher la petite bête. Si je ne me posais pas de question, il n'y aurait pas d'intérêt à faire le défi des 100 jours.

 

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog